Zapathèque #4 /// Howard Zinn /// L'impossible neutralité : autobiographie d'un historien et militant

Publié le par lémi



///

Zinn-illus.jpg

 
  
///
« la désobéissance civile (...) n'(est) pas un problème, quoi qu'en disent ceux qui prétendent qu'elle menace l'ordre social et conduit droit à l'anarchie. Le vrai danger, c'est l'obéissance civile, la soumission de la conscience individuelle à l'autorité gouvernementale. » Howard Zinn.
  
///
L’impossible neutralité est l’autobiographie de l’historien et militant américain Howard Zinn. Le récit d’une vie exemplaire consacrée à lutter contre les dérives à répétition d’Oncle Sam, ses relents racistes et ses velléités meurtrières d'impérialisme.
De ses premiers pas en politique au début des années 1940 lorsqu’il était ouvrier dans un chantier naval à sa participation active au mouvement pour les droits civiques des populations noires, en passant par ses engagements récents contre la guerre du Vietnam ou l’invasion de l’Irak, Zinn n’a cessé de prendre position contre ce qui choquait son sens très aigu de la justice et de l’humanité.
Plus qu’un récit de vie, ce qu’Howard Zinn donne à lire est le manifeste parfait de l’intellectuel engagé. Comme son ami Noam Chomsky, ou comme le regretté Pierre Bourdieu, Zinn est en effet un des derniers intellectuels de renom à continuer à pratiquer sa discipline comme un militant, à l’envisager comme un « sport de combat ». 
Avec un postulat de départ récurrent : ceux qui écrivent l’histoire, les « petits » (syndicalistes, citoyens révoltés, grévistes, soldats etc.) sont toujours effacés des tablettes de l’histoire. Zinn se propose de leur redonner la place qu’ils méritent, à rebours de l’histoire officielle. C’est le point de départ de son ouvrage phare, best seller inattendu aux Etats-Unis : Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours*, gigantesque travail de tronçonnage de l’histoire officielle, de remise en cause du savoir aussi figé qu’erroné distillé par les manuels scolaires et les universitaires. 
C’est aussi le fil directeur d’une existence consacrée à s’engager aux côtés des malmenés et oubliés de l’histoire. 
 
Toute sa vie, howard Zinn a été exemplaire. En tout. Pas de flirt avec l’outrance rhétorique, d’appels inconsidérés à la violence. Juste une vie consacrée à se battre contre ce qui le révulsait : ségrégation raciale, guerres impérialistes, abus étatiques, distorsions historiques…
Loin, très loin, des récits hypertrophiés de révoltes adolescentes et égocentriques.
Howard Zinn n’a pas fait son mai 68 adolescent avant de se ranger des voitures. Il n’a pas viré casaque dès que les médias s’attardaient sur lui. N’a pas hurlé avec les loups. Il a simplement consacré sa vie à se battre pour faire entendre d’autres voix. Et si Oncle Sam en prend pour son grade, ce n’est pas via des envolées haineuses et stériles, mais par les récit pondéré et argumenté de quelqu’un qui n’a jamais cessé de s’insurger contre ses injustices.
 
Comme d'autres textes essentiels l'ayant précédé – certains livres d’Orwell ou de Koestler, ceux de Traven aussi –, l’autobiographie d’Howard Zinn rappelle qu’engagement ne rime pas forcément avec boursouflure d’ego et calcul d’intérêt. Qu’il arrive que certaines personnes se battent pour quelque chose avec en point de mire, simplement, une idée intransigeante de la justice – au sens large du terme.
Aucune envie de m’attarder à résumer sa vie et ses engagements. Trop peur de les galvauder. Juste, lisez ce livre. Parce qu’il est aussi passionnant qu’instructif. Et lisez Howard Zinn. Pour comprendre - entre autres - le poids de la résistance individuelle. Comprendre qu’aucun coup de gueule n’est inutile et que toute voix divergente compte. 
 
Approche qu’il résume parfaitement en soulignant les carences de l’histoire officielle : « ce qu’il y manque ce sont les innombrables petites actions entreprises par des inconnus qui ont pourtant ouvert la voie à ces grands moments. Si nous comprenons cela, nous comprenons également que les plus infimes actes de protestation peuvent constituer les racines invisibles du changement social". 
///
Quelqu’un connaît-il un  enseignement plus approprié en ces périodes de découragement généralisé ? (Si ce quelqu'un connait l'équivalent français et vivant d'Howard Zinn, ZAPA est preneur aussi... Non, non, Alain Finkielkraut, Bernard Henry-Lévy  et Frantz-Olivier Giesbert ne semblent pas convenir - Pauvres de nous...)
 
 

zinn1r.jpg

  Editions Agone
20 euros
 
 
* prochainement chroniqué en ces pages

Publié dans Zapathèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chat 22/08/2010 02:17


Une histoire populaire des États-Unis est au programme de L2 dans ma fac ! Par contre, il n'y a aucun Howard Zinn français. Ce que les profs d'histoire nous apprennent, c'est que tout va bien,
qu'il faut continuer de prendre sa voiture parce que "yapadpreuvequeçapollue".


Marion 18/09/2007 01:47

Je viens de me souvenir d'une conversation avec un Americain. Il etait tres marrant, intelligent et tout ça. Je ne sais comment, nous en sommes venus a parler des manipulations etatiques, lui qui n'aimait pas Bush etait assez emballe par le sujet. Puis dans une fulgurance, je me suis souvenue de ce formidable livre dHoward Zinn, Une histoire populaire des Etats Unis, et de son fracassant commencement: depuis toujours, la fameuse ideologie de la liberte, brandie a tort et a travers et consideree comme fondatrice de ce pays, n'est qu'un mensonge, ou plutot, une magnifique foutaise mise en scene par les classes dirigeantes pour mieux controler un peuple autant inculte qu'enrage. A la fin de ma demonstration, l'Americain m'a regarde avec un etrange sourire, et j'etais sur le point de croire que je venais de lui donner les cles d'une grande revelation, lorsqu'il s'est exclame: " Well, you've really been brainwashed. You do hate America."
Le probleme avec ma nationalite, c'est qu'elle me fait trainer derriere moi, comme une casserole indissimulable, une arrogance injustifiee associe a un anti americanisme primaire et imbecile. De ce fait, je dois toujours prouver, en en faisant des tonnes, a quel point j'aime les USA, avant de pouvoir me permettre la moindre critique. Sinon, je ne suis tout simplement pas credible.
Mais si seulement Une Histoire Populaire etait enseignee dans les ecoles americaines... enfin, quel utopisme, a une epoque ou ce sont plutot les theories creationnistes qui donnent de la voix dans l'education nationale.
Anyway... il ne me reste plus qu'a me denicher cette autobiographie, mon bon ZAPA. Des heures de plaisir en perspective.

Marion

Clem 06/08/2007 09:14

Son histoire populaire des États-Unis est pas mal également. Sinon, à la rentrée, les éditions naissantes Demopolis publient un documentaire de son agent litt. qu'il a préfacé. Pour ceux que ça intéresse.
Bien à vous.
C.

lémi 09/08/2007 14:51

Merci pour ces précisions, cher Clem.Si par hasard tu te sens de chroniquer en ces pages l'histoire populaire de l'infiniment respectable sieur Zinn, Zapa t'y encourage fortement,Salud

Anièry 15/07/2007 21:14

Je ne résiste pas à une citation de Howard Zinn tirée de ce livre:
"L’atmosphére générale est au désespoir. Seul un changement de perspective historique peut permettre d’éclairer nos ténèbres. Souvenons-nous que nous avons bien souvent été surpris au cours du XXé siècle. Surpris par l’apparition soudaine d’un mouvement populaire, par le brusque renversement des tyrannies, par l’étonnante renaissance de flammes que l’on croyait éteintes.
Nous devons retrouver cette tradition qui, d’une révolution à l’autre, s’est faite rare dans l’Europe qui l’a vu naître: ne pas quitter le rang des déshérités et ne jamais servir les maîtres!"
Bonne lecture!

Zapa 16/07/2007 13:09

Merci pour ces précisions, Anièryton enthousiasme envers le sieur Zinn fait plaisir à lireje le partage à 100% Au plaisir  de te voir enrichir derechef ce lieu Zapa reconnaissant

Anièry 15/07/2007 20:58

J'ai adoré ce livre. Pour ceux qui comprennent l'américain, voici un entretien vidéo entre Howard Zinn et Noam Chomsky sur le programme de télé alternatif Democracy Now. Passionnant!
http://www.democracynow.org/article.pl?sid=07/04/16/1338223&mode=thread&tid=25